Un vrai chauffeur de taxi

En France en 2018 il y a environ et seulement 4 taxis pour 1 000 habitants en ville ou à la campagne et nous ne parlons pas de tous ces nouveaux chauffeurs Uber ou VTC (Voiture Transport avec Chauffeur) qui pullulent surtout dans les grandes villes. Car devenir chauffeur de taxi conventionné c’est à dire le vrai de vrai n’est pas si facile et ça peut coûter également assez cher, cependant c’est un métier qui ne mourra jamais car la demande sera toujours existante et ce même si les voitures autonomes dotées d’intelligence artificielle feront bientôt leur apparition. Un homme ou une femme amoureux de la conduite peut donc toujours pratiquer un métier qui joint l’utile à l’agréable avec ses avantages comme la rencontre de personnes sympathiques, le plaisir de rouler dans une belle voiture et certains inconvénients comme l’antipathie de certains clients chargés, les difficultés à rouler à certaines heures ou les incivilités de beaucoup trop d’automobilistes. Mais pour exercer ce métier il faut avoir quelques obligations à son compteur, le passé de conducteur doit être irréprochable car pour exemple la perte de 6 points en une seule fois pour une infraction sérieuse et certaines condamnations vous excluront d’office. Si vous avez été un sage conducteur il faudra passer le certificat de capacités professionnelles assez facile et une fois que celui ci vous est donné vous recevrez une carte professionnelle délivrée par la préfecture. Le plus compliqué et surtout cher même parfois très cher c’est l’investissement financier pour l’achat de la licence qui est la seule solution pour être conventionné et pouvoir travailler en règle, à savoir que certaines licences peuvent monter jusqu’à plus de 200 000 euros. Reserver taxi pour se faire accompagner et déposer quelque part est mieux que de faire appel à un non chauffeur de taxi qui lui n’a pas eu besoin de cet investissement en temps et en argent.