Le permis à 1 euro par jour s'agit d'un prêt dont l'Eat paie les intérêts. Ce projet a été mis en place l'État lui-même pour aider les jeunes adolescents âgés de 15 à 25 ans et ceux qui bénéficient d'une aide publique provenant de l'État ou autres collectivités locales dans le financement de la préparation de leur permis de conduire. En entrant en partenariat avec les établissements prêteurs ainsi que des écoles de conduite, l'État peut maintenant aider de nombreux jeunes à bénéficier d'une grande facilité de paiement. Ceci ne veut pourtant pas dire que le coût de la formation changera. En effet, le coût restera le même. La seule différence c'est que l'établissement prêteur avancera la somme et c'est l'État qui prendra en charge les intérêts. Ce crédit devra par la suite être remboursé.

Aujourd'hui, le coût de la formation pour l'obtention d'un permis peut être cher. C'est ce qui constitue un frein pour les jeunes. Il est aussi évident que savoir conduire une voiture ouvre plus d'opportunité dans le monde de l'emploi. C'est pourquoi le but de ce projet est de faciliter l'accessibilité au permis des jeunes et, ainsi améliorer davantage la qualité de chaque formation.

Notons que le permis à 1 euro par jour est accordé à toute personne désirant obtenir un permis de catégorie A ou de catégorie B c'est-à-dire pour les véhicules légers et les motocyclettes qui dépassent les 125 cm cubes.

Comment en bénéficier ?

Afin d'en bénéficier, il faut que le candidat contracte le prêt directement à l'établissement prêteur. Pour cela, il doit fournir soit une pièce justificative démontrant que ses revenus peuvent amplement rembourser les 30 euros par mois, soit il propose une garantie de remboursement à l'aide d'un apport de caution, soit il s'inscrit avec ses parents pour un co-emprunt. Dans le cas où le candidat est encore mineur, ce seront les parents qui devront se charger de l'emprunt.